Quatuor Kopelman

Quatuor à cordes

Mikhail Kopelman, violon                    Boris Kuschnir, violon
Igor Sulyga, alto                                   Mikhail Milman, violoncelle

Fondé par quatre maîtres de l’école russe – dont Mikhail Kopelman, premier violon du Quatuor Borodine pendant vingt ans – le Quatuor Kopelman est aujourd’hui un des quatuors à cordes les plus aboutis et les plus recherchés.

Mikhail Kopelman, Boris Kuschnir, Igor Sulyga et Mikhail Milman sont tous diplômés du Conservatoire de Moscou dans les années 1970, âge d’or de cette institution, où les élèves travaillaient régulièrement avec des musiciens et des professeurs tels que David Oïstrakh, Boris Belenky, Yuri Yankelevich, Fiodor Droujinine, Dimitri Chostakovitch, Mstislav Rostropovitch et Natalia Gutman. Ces influences musicales sont restées solides au sein du Quatuor Kopelman, même si chacun ont aussi poursuivi des carrières individuelles pendant vingt-cinq ans avant de fonder le quatuor en 2002.

Mikhail Kopelman, premier violon, était le célèbre premier violon du Quatuor Borodine pendant plus de vingt ans, et a donc joué au côté d’artistes tels que Sviatoslav Richter. Il a reçu le Royal Philharmonic Society Award et la « Concertgebouw Silver Medal of Honour » pour ses réalisations extraordinaires en musique de chambre. Boris Kuschnir, second violon, a été lauréat de plusieurs concours internationaux de violon et de musique de chambre et est un éminent professeur dont les élèves comprennent Julian Rachlin et Nikolai Znaider. Igor Sulyga, et a joué pendant vingt ans au côté de Vladimir Spivakov au sein des Virtuoses de Moscou, ainsi que dans son quatuor à cordes mais aussi lors d’enregistrements de musique de chambre.

En tant que membres fondateurs du Moscow String Quartet, Boris Kuschnir et Igor Sulyga ont travaillé avec Dmitri Chostakovitch sur son derniers quatuors. Mikhail Milman, violoncelle, a été pendant vingt années le violoncelliste principal des Virtuoses de Moscou et a collaboré fréquemment avec Mikhail Kopelman et le Quatuor Borodine à des concerts et des enregistrements primés.

Les racines communes et les antécédents des musiciens du Quatuor Kopelman leur ont permis de très vite trouver une maturité, et leurs concerts au Festival d’Edimbourg, un an après leur fondation, a reçu des critiques dithyrambiques qualifiant leurs interprétations de «musicalement distinguées» et « d’une grande humanité dans la finesse de leur jeu ».

Maintenant établi comme un ensemble de musique de chambre majeur, le quatuor a joué sur de nombreuses scènes internationales parmi lesquelles le Musikverein à Vienne, et le Muziki Dom de Moscou, et apparaît régulièrement dans des lieux tels que le Concertgebouw d’Amsterdam, le Wigmore Hall, à Londres et le Palais Royal de Madrid. Parmis leurs partenaires de musique de chambre, ils peuvent compter Elisabeth Leonskaja, Mischa Maisky et Julian Rachlin.

Le Quatuor Kopelman a enregistré un disque Chostakovitch pour Nimbus Records et a également enregistré pour Wigmore Live, le propre label de la salle du même nom. Parmi le répertoire enregistré, Chostakovitch, Prokofiev, Myaskovsky, Tchaïkovski et Schubert. Bientôt sortira le Quintette pour piano Weinberg, avec Elizaveta Kopelman, couplé au 10ème Quatuor à cordes de Chostakovitch.

Le Quatuor Kopelman a donné des concerts au Royaume-Uni, Espagne, Portugal, Autriche, Italie, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Danemark, Suède, Suisse, Slovaquie, Chypre, les Etats-Unis, le Canada et la Russie; et les festival dans lesquels ils ont joué comprennent l’Edinburgh International Festival, le Festival de Valladolid, le Festival de Zurich, le Festival de Colmar, Prague Spring Festival, Nuits de Décembre Moscou, et le Festival de Ravinia aux États-Unis. En 2011, ils jouent dans des salles telles que le Wigmore Hall et le Concertgebouw et retournent au Festival d’Edimbourg. Les engagements futurs incluent leur retour au Wigmore Hall et au Musikverein à Vienne.

Boris Kuschnir joue un violin Antonio Stradivari « La Rouse Boughton », 1703, prêté par la Banque Nationale autrichienne.