Romain Leleu

Trompette

« Nouveau phénomène de la trompette, ce jeune musicien de 27 ans simple et généreux, offre à chaque apparition une sonorité et une musicalité impressionnantes, une délicatesse et une douceur d’approche de son instrument. Il y a une sorte d’agilité et d’espièglerie dans le jeu de Romain Leleu qui ne laisse personne indifférent. »

« Si l’on fait abstraction des témoignages de Maurice André, on ne se souvient pas d’avoir entendu une jeune interprétation aussi fraîche et satisfaisante de ces partitions. »
« Romain Leleu en cadences » -
Haydn – Concerto pour trompette et orchestre (Aparté 2011)
ResMusica – Jean-Pierre Tribot – 5 avril 2012

Elu « révélation soliste instrumental » par les Victoires de la Musique Classique en 2009, Romain Leleu (né à Lille en 1983) est considéré comme le leader de la nouvelle génération de trompettistes.

Au cours des saisons 2014/15/16, Romain se produit notamment à la Salle Pleyel dans le Concerto de Haydn avec l’Orchestre National d’Ile de France, dans le Concerto de Hummel avec l’Orchestre National de Lorraine, dans le Concerto d’Arutunian avec l’Orchestre de Cannes, dans le Concerto de Haydn avec l’Orchestre National de Lille et l’Orchestre de Tours, dans le concerto de Chostakovitch avec Bertrand Chamayou et l’Orchestre des Pays de Savoie, avec Roberto Fores Veses et l’Orchestre d’Auvergne.

Romain est en récital en tournée au Etats-Unis, au Mexique, au Seoul Arts Center, à Munich et en Suisse.

Il est également invité en récital ou avec son quintette à cordes l’Ensemble Convergences à la Salle Gaveau, aux festivals de Sisteron, de Pontlevoy, des Grands Crus Musicaux de Bourgogne, Festival de la Batie avec l’Orchestre de Saint-Etienne, Festival du Comminges, du Vigan, de la Chaise-Dieu, du Morbihan, etc.

Il intègre à 15 ans le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d’Eric Aubier, et reçoit en 2003 un 1er Prix de trompette mention très bien, suivi du Prix de Musique de Chambre mention très bien à l’unanimité. Il se perfectionne ensuite auprès de Reinhold Friedrich à la Musikhochschule de Karlsruhe.

Possédant un large répertoire, des Concertos baroques à la création d’œuvres nouvelles, il se produit en soliste en France et à l’étranger avec : l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre d’Auvergne, l’Orchestre Régional de Cannes, l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre de Bretagne, l’Orchestre Philharmonique de l’Opéra de Marseille, l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Orchestre de la Garde Républicaine, le Württembergisches Kammerorchester Heilbronn, le Baltic Chamber Orchestra, l’Orchestra Ensemble Kanazawa, le Slovak Sinfonietta, le St Petersburg Hermitage State Orchestra, le Saratov State Symphony Orchestra, le Kosovo Philharmonic Orchestra…

Romain Leleu est l’invité régulier des grands festivals français et internationaux : Festival de la Roque d’Anthéron, Festival International de Colmar, Festival de Menton, Festival de la Vézère, Festival de Radio France Montpellier, Festival de Saint Riquier, Flâneries Musicales de Reims, Festival de l’Epau, Festival d’Auvers sur Oise, Folle Journée de Nantes, Folle Journée du Japon, Festival Radio Classique à l’Olympia, Festival Musiq3 de Bruxelles, Athéneum de Bucarest, Seoul Arts Center, Sejong Concert Hall, Ongakudo Hall Kanazawa, Seoul Spring Festival, Théâtre de l’Hermitage Saint Petersbourg…

De nombreux compositeurs contemporains font appel à lui, à l’instar de Martin Matalon (Création de Trame XII pour trompette et orchestre), Philippe Hersant (Création de Folk Tunes pour trompette solo), Karol Beffa (création du Concerto pour trompette et orchestre, de Subway pour trompette et piano et de Buenos Aires pour quintette de cuivres)… Sa personnalité alliant professionnalisme et gentillesse est très appréciée des médias et il est l’invité régulier des grandes antennes de radios et télévisions.

En musique de chambre, Romain Leleu se produit régulièrement avec Thierry Escaich, Adam Laloum, Ghislain Leroy, Igor Tchetuev, l’Ensemble Convergences…

Romain poursuit depuis 2009 une riche et étroite collaboration avec le label Aparté (Harmonia Mundi). Après l’album « Slavonic Spirit » paru en 2010, son enregistrement des grands concertos classiques (Haydn, Hummel, Neruda) paru en 2011 connaît un vif succès tant public que critique (Classique d’Or RTL, 5 de Diapason, Pizzicato, Resmusica).

Le dernier enregistrement de Romain parait en 2015 avec l’Orchestre d’Auvergne et Roberto Fores Veses, dans des œuvres de Jolivet, Beffa, Delerue, Matalon.

Romain Leleu anime régulièrement des master class en France comme à l’étranger (nombreux CRR, Académie Internationale de Courchevel, Seoul National University, Tokyo College of Music…).

 

Elu « révélation soliste instrumental » par les Victoires de la
Musique Classique en 2009, Romain Leleu (né à Lille en
1983) est considéré comme l’un des meilleurs interprètes de
sa génération.
Au cours des saisons 2012/13/14, Romain se produit
notamment à la Salle Pleyel dans le Concerto de Haydn avec
l’Orchestre National d’Ile de France, dans le Concerto
d’Arutunian avec l’Orchestre National de Lille à Lille ainsi que dans le cadre du Festival Radio Classique à Paris,
dans le Concerto de Tomasi à Tours, dans le concerto de Chostakovitch avec Bertrand Chamayou et l’Orchestre
des Pays de Savoie, avec Arie Van Beek et l’Orchestre d’Auvergne, et en récital au Seoul Arts Center, à Munich et
en Suisse. Il est également l’invité en récital ou avec son quintette à cordes l’Ensemble Convergences à la Salle
Gaveau, aux festivals de Sully, de Colmar, de Menton, d’Hardelot, de l’Abbaye de Corbigny, du Comminges, aux
Jeudis Musicaux de Royan, à Montpellier, à l’Abbaye de Lessay, etc.
Formé par Eric Aubier, il intègre à 15 ans le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, et reçoit en
2003 un 1er Prix de trompette mention très bien, suivi du Prix de Musique de Chambre mention très bien à
l’unanimité. Il se perfectionne ensuite auprès de Reinhold Friedrich à la Musikhochschule de Karlsruhe.
Possédant un large répertoire, des Concertos baroques à la création d’oeuvres nouvelles, il se produit en soliste en
France et à l’étranger avec : l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre d’Auvergne,
l’Orchestre Régional de Cannes, l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre de Bretagne, l’Orchestre Philharmonique de
l’Opéra de Marseille, l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Orchestre de
la Garde Républicaine, le Württembergisches Kammerorchester Heilbronn, le Baltic Chamber Orchestra,
l’Orchestra Ensemble Kanazawa, le Slovak Sinfonietta, le St Petersburg Hermitage State Orchestra, le Saratov
State Symphony Orchestra, le Kosovo Philharmonic Orchestra…
Romain Leleu est l’invité régulier des grands festivals français et internationaux : Festival de la Roque d’Anthéron,
Festival International de Colmar, Festival de Menton, Festival de la Vézère, Festival de Radio France Montpellier,
Festival de Saint Riquier, Flâneries Musicales de Reims, Festival de l’Epau, Festival d’Auvers sur Oise, Folle
Journée de Nantes, Folle Journée du Japon, Festival Radio Classique à l’Olympia, Festival Musiq3 de Bruxelles,
Athéneum de Bucarest, Seoul Arts Center, Sejong Concert Hall, Ongakudo Hall Kanazawa, Seoul Spring Festival,
Théâtre de l’Hermitage Saint Petersbourg…
De nombreux compositeurs contemporains font appel à lui, à l’instar de Martin Matalon (Création de Trame XII pour
trompette et orchestre), Philippe Hersant (Création de Folk Tunes pour trompette solo), Karol Beffa (création du
Concerto pour trompette et orchestre, de Subway pour trompette et piano et de Buenos Aires pour quintette de
cuivres)… Sa personnalité alliant professionnalisme et gentillesse est très appréciée des médias et il est l’invité
régulier des grandes antennes de radios et télévisions.
En musique de chambre, Romain Leleu se produit régulièrement avec Thierry Escaich, Olivier Vernet, Ghislain
Leroy, Laurent Lefèvre, Igor Tchetuev, l’Ensemble Convergences, le Feeling Brass Quintet, l’Ensemble Kheops…
Romain poursuit depuis 2009 une riche et étroite collaboration avec le label Aparté (Harmonia Mundi). Après
l’album « Slavonic Spirit » paru en 2010, son enregistrement des grands concertos classiques (Haydn, Hummel,
Neruda) paru en 2011 connaît un vif succès tant public que critique (Classique d’Or RTL, 5 de Diapason, Pizzicato,
Resmusica). La Discographie de Romain comprend des enregistrements parus sous les labels Aparté, Indésens et
Sony.
Romain Leleu anime régulièrement des master class en France comme à l’étranger (nombreux CRR, Académie
Internationale de Courchevel, Seoul National University, Tokyo College of Music…).
Depuis 2002, Romain Leleu est « Yamaha Performing Artist ».

Presse

Si l’on fait abstraction des témoignages de Maurice André, on ne se souvient pas d’avoir entendu une jeune interprétation aussi fraîche et satisfaisante de ces partitions.

« Romain Leleu en cadences »
ResMusica – Jean-Pierre Tribot – 5 avril 2012

Romain Leleu semblait avoir son chemin tout tracé dans le superbe Concerto pour trompette en mi-bémol ! Il fit passer le public par toutes les couleurs émotionnelles. Quelle sûreté technique ! Mais aussi quel sens de la courbe mélodique, quelle élégance dans le dessin des phrases et la gestion de l’articulation !

Concert de clôture des Flâneries Musicales de Reims
Ensemble Orchestral de Paris, Frédéric Lodéon
Francis Albou, L’Union, juillet 2010

Romain Leleu, virtuose ébouriffant de la trompette d’aujourd’hui, digne héritier des plus grands solistes de l’instrument au XXe siècle, interprétait aux Victoires de la Musique en 2009 le troisième mouvement du Concerto de Hummel. Souffle énorme, puissance de la sonorité, d’une pureté cristalline inoubliable. La douceur de son jeu impressionne durablement et confirme l’étendue du talent du musicien. Et son dernier album, Slavonic Spirit, composé de pièces originales (et quelques transcriptions) pour trompette, en témoigne également.

Romain Leleu souffle un vent neuf et frais sur la trompette classique.
Qobuz, mars 2010
Romain Leleu, trompettiste. Un Maurice André d’aujourd’hui.
Virtuose éblouissant, tirant de sa trompette les accents les plus chatoyants, Romain Leleu est un jeune musicien qui aime transmettre son amour de la musique. Un nouveau CD chez Aparté témoigne de son brio.

S’il est un véritable « phénomène » de la trompette, Romain Leleu séduit d’abord par sa simplicité et sa générosité. Sourire timide mais chaleureux, le trompettiste enthousiasme par sa technique imparable, ses sonorités d’airain, sa musicalité naturelle et la netteté de son jeu. Cet artiste de 26 ans brille par son agilité pétillante, séductrice. Au point de conquérir professionnels et publics qui lui ont attribué une Victoire de la musique en 2009.

Bruno Serrou, La Croix, Juin 2010
Couronné aux Victoires de la Musique classique 2009, le trompettiste Romain Leleu en était l’un des solistes, avec comme mise en bouche le périlleux Concerto en fa d’Oskar Böhme (1870-1938) : le bel canto instrumental tel que perçu dans les pays germaniques au tournant du siècle. Un choix audacieux en début de programme, mais qui d’emblée permit de juger du talent du soliste : virtuosité, souffle inépuisable, souplesse des phrases largement déployées, digitalité. 

En marge de toute approche philologique, les pages de Caccini, Bach et Gluck (en bis) ou l’Aria de Jean Rivier furent autant de moments « extatiques » dédiés au souffle et à la richesse du timbre. Les deux très beaux moments de ce récital furent une Seconde Fantaisie captivante et racée de Jehan Alain et la vertigineuse Tanz-Fantasie pour trompette et orgue de Thierry Escaich, idéalement pensée pour chacun des instruments et d’une vive tension dramatique. De volubiles variations très XIXe siècle d’après Haendel, follement virtuoses et d’un réel pouvoir de séduction, refermèrent en beauté un programme composite mais indéniablement attractif pour le public.

Michel Roubinet, Concert Classic.com, septembre 2009
Romain Leleu, 25 ans, est un talent magnifique de son instrument, respectueux de l’héritage de l’école de cuivres française et ouvert sur le monde et la musique de son temps.
J. Lukas, La Terrasse- Novembre 2009
(Genève)

Romain Leleu, le sacre d’un trompettiste
La trompette, c’est toute sa vie. Romain Leleu a fait de cet instrument son talisman. La chance lui a souri puisque ce musicien de 25 ans a été sacré le mois passé «Révélation soliste instrumental» aux Victoires de la musique. Son concert ce soir aux Musicales de Compesières, est une occasion en or pour découvrir un talent au souffle hors norme.
Hors norme, oui, mais d’une finesse qui a su toucher le coeur des experts comme du grand public. Aujourd’hui, les portes s’ouvrent à Romain Leleu, même à l’étranger. Il passe commande auprès de compositeurs très en vue (Philippe Hersant, Eric Tanguy), avec le souci de faire tomber les a priori qui collent à son instrument.
Oui, la trompette n’a jamais eu la cote du piano ou du violon, mais est-ce une raison pour la cantonner aux sempiternels concerts de trompette et orgue le dimanche. La vraie victoire de Romain Leleu, ce serait qu’avec le trophée remporté aux Victoires de la musique il puisse réhabiliter la trompette dans le monde de la musique classique. «J’essaie de sortir des programmes réchauffés», dit-il, et, si le public s’extasie naturellement quand il donne l’Ave Maria de Schubert en bis, il aimerait aussi que l’on applaudisse les nombreux compositeurs qui ont écrit des pièces originales pour la trompette (il cite La Légende d’Enescu).
Lui-même a refusé une carrière au sein d’un orchestre (au point de démissionner) pour vivre de son instrument seul. Dès sa naissance à Lille, d’une mère pianiste et d’un père jouant du tuba, la musique a toujours circulé dans ses veines. Il fallait un instinct sûr pour mettre un enfant de 6 ans à la trompette. Depuis, le prodige aux dispositions physiques particulières n’a connu aucun obstacle. «A chaque fois, j’étais le plus jeune quand je me présentais dans un conservatoire.» Romain Leleu entre à 15 ans au CNSM de Paris; l’étudiant suivant en a 24. Il cite Reinhold Friedrich, éminent musicien et trompette solo au Lucerne Festival Orchestra, parmi ceux qui lui ont donné le goût de briller au firmament de la trompette. Pour l’heure, les zéphyrs accompagnent son ascension.

Julian Sykes – Le Temps, Genève- Mars 2009
La prestation du jeune trompettiste Romain Leleu, dont la très belle et très fine sonorité, les contrastes et les nuances, rimèrent avec intelligence et sûreté.
Les cahiers de la Musique Classique, février 2009
Accueillons avec plaisir cette étoile naissante de l’école française de trompette [...] Staccato délié, phrasé soutenu et malléable, médium sagement cuivré, aigus à la corde, Romain Leleu, qui n’est pas avare de vibrato, sait marier finesse et générosité. (4 Diapasons)
Jean Cabourg, Diapason, Mai 2008
Voici un album de pièces pour trompette et piano dans un répertoire grosso modo axé sur le XXe siècle, interprété par un jeune virtuose de la trompette, Romain Leleu.
Treize compositeurs plus ou moins connus sont ainsi représentés dans des oeuvres le plus souvent originellement destinées à la trompette mais pas toujours (Le Cygne de Saint-Saëns). Nous avons droit à une succession de morceaux de concours internationaux ou bien d’examens du Conservatoire. Forcément, toutes les difficultés techniques et expressives de la trompette s’y trouvent rassemblées et proposées à notre interprète.
Ainsi, le coup d’oreille sur le Carnaval de Venise de Jean-Baptiste Arban (un des rénovateurs de la trompette au XIXe siècle) vaut vraiment le détour : le détaché en double ou triple coup de langue dans cette oeuvre est extraordinaire de précision sans parler de traits qui font alterner une note grave détachée et d’autres plus aiguës liées. Le terme généralement employé pour ce genre de performances est celui de « pyrotechnie musicale » et il ne serait pas ici galvaudé le moins du monde.
Mais tout n’est pas seulement affaire de virtuosité « gratuite » dans cet album car nous n’y retrouvons pas que des notes au kilomètre ! La plupart des compositions, aux caractères très différents, demandent également au trompettiste toute une large gamme de nuances et d’expressions variées. Et là aussi, Romain Leleu est tout simplement impressionnant : quelle sonorité et quelle musicalité !
Julien Le Pape, son accompagnateur/compère/complice/partenaire (rayez la mention inutile) se met totalement à son service de manière tout aussi discrète qu’efficace car ces pièces mettent en valeur la trompette et elle seule, le piano n’étant là que pour la soutenir. Côté technique d’enregistrement, il n’y a rien à dire c’est donc que tout va bien. Si vous vous méfiez du répertoire de la trompette car vous pensez à tort qu’il est trop rustique, écoutez donc cet album et vous changerez alors certainement d’opinion. »
Resmusica.com – Frédéric Platzer – Mai 2008
Ce premier disque de Romain Leleu (né en 1983), brillante défense et illustration d’un instrument qui ne fait ici tonitruant ou strident qu’à dessein.La musicalité du trompettiste n’est jamais prise en défaut.
Concertonet.com, Simon Corley, Juillet 2008

Un Septuor fougueux et brillant !

Romain Leleu, Benoît Grenet, Julien Le Pape
TTT  Télérama, Judith Chaine, juillet 2008

Comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, alors que le Festival européen Jeunes talents entame déjà sa dernière semaine, le beau temps et un nombreux public sont enfin au rendez-vous. Pourtant, à vingt-cinq ans, Romain Leleu constitue un nouvel exemple de l’excellence de l’école nationale de trompette.
En compagnie de cinq jeunes représentants des pupitres de cordes de grands orchestres français (Philhar, National, Toulouse), il le démontre d’emblée dans le Concerto en mi bémol de Jan Krtitel Jiri (ou Johann Baptist Georg) Neruda (1708-1780). L’oeuvre, d’allure encore largement baroque et originellement destinée au cor naturel, ne ménage pas de surprises mais permet d’apprécier chez le soliste agilité, velouté, legato et sens de la nuance.
Concertonet.com, Simon Corley, Juillet 2008

Pizzicato, Revue musicale Luxembourgeoise, Septembre 2008

L’Air de Raphaël Mendez permit de savourer la chaude sonorité du bugle de Romain Leleu.

La Lettre du Musicien, Juin 2005
J’ai été époustouflé par sa technique et sa virtuosité, et j’ai également trouvé que ce jeune musicien avait une délicatesse et une douceur d’approche de son instrument.

« La Cour des Grands »,
France Musique, Gaëlle Le Gallic, juin 2006

Romain Leleu et Julien Le Pape : trompette et piano en plein accord
Il n’a que 23 ans et déjà son parcours laisse pantois, Romain Leleu s’est rapidement hissé parmi les trompettistes les plus accomplis.
Avec virtuosité, Romain Leleu et Julien Le Pape ont créé pour les Flâneries une pièce du jeune compositeur Karol Beffa.
Le Flâneur, Flâneries Musicales de Reims, Juillet 2007
Presse Générale

Un concert d’une extrême qualité musicale : Romain Leleu a offert aux spectateurs l’occasion de redécouvrir la richesse du répertoire de la trompette, soirée au cours de laquelle ce jeune trompettiste en pleine explosion fut accompagné au piano par son complice Julien Le Pape, un concert dynamique, entre nuances tout en douceur et attaques puissantes du cuivre. Même s’il y a quelques mois, Romain Leleu devint Victoire de la Musique 2009 au titre de la « révélation instrumentale » de l’année, il étonna samedi dernier par sa simplicité et son charisme. A la question « que vous apporte cette Victoire de la Musique 2009 », Romain Leleu répond : « Ca change beaucoup de choses car c’est très médiatisé. Cela amène beaucoup de concerts, de beaux projets en France et à l’étranger. C’est une nouvelle envolée, une véritable étape mais maintenant, il faut continuer.

Le Populaire- août 2009
Romain Leleu est un trompettiste accompli, qui domine totalement l’expression de son instrument, capable de pianissimi ténus, toujours joliment timbrés et expressifs, et d’une stupéfiante virtuosité. Les variations pour trompette et orgue d’Almicare Ponchielli clôturèrent le concert dans un véritable bouquet de pyrotechnie instrumentale dont Romain Leleu était le fringant artificier !
Les salves d’applaudissements d’un demi-millier d’auditeurs serrés dans l’église St Nicaise firent une ovation bien méritée aux deux solistes. »
L’Union Champagne Ardennes, Juin 2009
Francis Albou
Sa technique, son timbre, sa musicalité et son sens du phrasé en font un digne héritier de la grande école française de trompette.
Le Dauphiné, Août 2004
Il y a une sorte d’agilité et d’espièglerie dans le jeu de Romain Leleu, qui ne laisse personne indifférent.
Le Dauphiné, Août 2004
Romain Leleu, formidable trompettiste au jeu espiègle et déconcertant, a enchanté le public dès ses premières notes et mis en lumière toutes les qualités attendues d’un artiste.  Sa personnalité et sa sensibilité ont apporté à l’assemblée un pur moment de bonheur.
L’Est Républicain, Juin 2006
Romain Leleu et Ghislain Leroy, un duo de renom que seule la Musique peut harmoniser avec autant de beauté et de force. Le pouvoir émotionnel des artistes s’est reflété sur les yeux humides de certains spectateurs et dans l’enthousiasme des applaudissements empreint de reconnaissance d’avoir passé un si bon moment.
Ouest France, Juillet 2006
Un duo Trompette et Orgue uni dans la grâce et la virtuosité. Romain Leleu a subjugué, dès l’ouverture, avec une interprétation talentueuse d’une Sonate de Corelli.
Le Télégramme, Juillet 2006
Le public, fort nombreux, a été séduit par sa fougue, sa jeunesse et son talent. Une sonate de Corelli, très enjouée fut interprétée avec dextérité. La trompette a des envolées qui résonnent et remplissent l’église. La fin de la première partie permettra aux deux artistes de nous offrir une musique très harmonieuse, douce et très ronde – ce qui n’est pas toujours la vision la plus immédiate quand on pense à la trompette -  Le Concertpièce No 2 de Vassily Brandt est brillant et « balancé ». Des Bravos fusent.
Le Journal de Saône et Loire, Août 2006
La 1ère Sonate de Viviani mit toute l’assistance dans l’ambiance de ce concert de grande valeur aussi bien musicale que d’interprétation. Gai et enjoué, on a admiré la vélocité de Romain Leleu dans la Fantaisie « brillante » de Jean Baptiste Arban, qui le fut réellement.
Le Journal de Saône et Loire, Août 2006
Romain Leleu, le trompettiste du Nord au remarquable parcours de concertiste, a fait apprécier la richesse de la trompette dont il joue avec une sonorité sublime.
Sud Ouest, Octobre 2006
Un excellent concert de trompette et orgue. Romain Leleu et Mathias Lecomte ont interprété avec Maestria des oeuvres romantiques et de la musique française du XXe siècle.
La Voix du Nord, Mars 2007
Romain Leleu, Cécile Peyrol et Mathias Lecomte ont mis en valeur d’une façon magistrale leur art, leur interprétation, leurs sentiments dans des oeuvres variée. On les a sentis, tout au long du concert, heureux de donner du plaisir au public.
Le Journal de Saône et Loire, Août 2007
Magistral concert de trompette et orgue à la Collégiale Saint Pierre
Les plus belles sonorités de la trompette de Romain Leleu et de l’organiste Mathias Lecomte ont ébloui le public au concert donné dans la Collégiale Saint Pierre. Le concert a créé l’événement. Un public averti, venu en nombre, a applaudi très chaleureusement ces deux musiciens qui ont su tirer partie des jeux de l’orgue pour interpréter des oeuvres de Marcello, Vivaldi Bach, Rachmaninov ou encore Tanz Fantaisie de Thierry Escaich.
La Voix du Nord, Octobre 2007
Les mélomanes ont eu raison de répondre à cette invitation puisque ce concert était exceptionnel. Le trompettiste Romain Leleu et le pianiste Julien Le Pape, ont montré tout leur talent dans un duo remarquable. Depuis leur rencontre dans l’émission La Cour des grands sur France Musique, ces deux jeunes musiciens ont décidé de se produire ensemble et de faire partager un programme musical original et captivant. Ainsi, le public a savouré des oeuvres de Gallois Montbrun, Enesco, Schumann, Rossini… pour terminer par une superbe interprétation du Carnaval de Venise de Jean-Baptiste Arban. Ovationné, le duo s’en est allé, laissant en souvenir une excellente soirée.
La Voix du Nord, Décembre 2007
Tout semble facile pour cet artiste qui a su garder fraîcheur et simplicité malgré le succès.
La Voix du Nord- août 2009
Standing ovation et 700 spectateurs pour Romain Leleu et sa trompette
Romain Leleu transporta le public dans un grand moment de communion.
La Voix du Nord, Octobre 2009
La trompette de Romain Leleu envoûte l’église Saint-Denis
Un très grand de la trompette
La Voix du Nord, Novembre 2009

+