Karen Vourc'h

Soprano

Artiste éclectique, particulièrement appréciée pour la beauté de son timbre et la sensibilité de ses interprétations, Karen Vourc’h suit d’abord un cursus scientifique (Master en Quantum Physic à Mac Gill/Montreal, DEA Physique théorique à ENS Paris) avant de se consacrer entièrement au chant. Elle fait ses études à l’Opéra-Studio de Zürich, et au CNSM de Paris et obtient rapidement plusieurs prix internationaux. Elle remporte la Révélation des Victoires de la Musique 2009.

Elle est invitée sur les plus grandes scènes internationales : Royal Albert Hall (Londres), Santa Cecilia (Rome), NHK (Tokyo), Casa da Musica (Porto), Palais des Beaux-arts (Bruxelles), Palau de Arte (Barcelone), Opéra-Comique, Théâtre des Bouffes du Nord, ou Philharmonie (Paris), Théatre du Jeu de Paume (Aix en Provence), Opéra d’Amsterdam, de Genève, de Lausanne, Philharmonie d’ Helsinki, de Porto, de Köln, de Stockholm, de Saint-Petersbourg, Fondation Gulbenkian (Lisbonne), Singapour, Shanghai…

Elle chante sous la direction de Louis Langrée, Sir John Eliott Gardiner, Alain Altinoglu, Daniel Harding, Stephane Denève, Jérémie Rohrer, Charles Dutoit, Kent Nagano, Pascal Rophé, Laurence Equilbey, Michel Plasson, Kasuchi Ono et travaille avec des metteurs en scène de renom comme Robert Carsen, Stéphane Braunschweig, Ludovic Lagarde, Benjamin Lazar, Krystof Warlikowski.

Son répertoire lyrique comprend les rôles de la Comtesse (Nozze di Figaro) à Lausanne ; Pamina (Zauberflöte) à Avignon ; Donna Elvira (Don Giovanni) à Tours ; Musetta (Bohème) à Tours et Avignon ; Blanche de la Force (Dialogue des Carmélites) à Nice et Rome, Vincenette (Mireille) aux Chorégies d’ Orange ; L’Infante (Der Zwerg de Zemlisnki) à Lyon ; Marzelline (Fidelio) à Lyon ; Aninta (Saint of Bleeker Street de Menotti) à Marseille ; Manon à Saint-Etienne; Micaela (Carmen) à Limoges ; Violetta (Traviata) et Fiordiligi (Cosi fan tutte) à Besançon ; Fortuna (Poppea e Nerone de Monteverdi/Boesmans) à Montpellier ; Elle (La Voix Humaine) à la Philharmonie de Paris, Angers, Nantes, Riga ; Melisande (Pelléas et Melisande) qu’elle chante un peu partout dans le monde, notamment à Paris, Londres, Tokyo, Saint-Pétersbourg.

En concert, elle chante notamment la Chute de la Maison Usher et le Martyre de Saint-Sébastien de Debussy à Köln, Lisbonne et Bruxelles, le Roi David de Honegger à Dublin, Athalie de Mendelsohn à Paris, la 4eme Symphonie de Malher, des Madrigaux de Monteverdi avec les Cris de Paris.

Elle collabore fréquemment avec les compositeurs contemporains : Kaija Saariaho (la Passion de Simone, Emilie, Quatre Instants), Pascal Dusapin (Romeo et Juliette, Wenn du dem Wind, Canto, Wolken), Guillaume Connesson (Medea, Elégie de l’amour obscur), Peter Eötvös (Le Balcon) Philippe Fenelon (JJR), Mathis Nitschke (Happy ! Happy !), Chaya Cernowim (Infinite Now, Award critic 2017 Opernwelt), Pierre Bartholomée (Nous sommes éternels).

Elle conserve un lien très fort avec la musique de chambre, et se produit régulièrement en récital avec le Trio Wanderer, les pianistes Vanessa Wagner, Anne Le Bozec, ainsi que les instrumentistes Emmanuelle Bertrand, Anssi Kartunnen, Florent Héau. Elle sera à Paris ce printemps pour un récital scandinave autour de Grieg et Agathe Backer-Grøndhal.

Parmi ses futurs projets, citons Le Martyre de Saint Sébastien de Debussy à Varsovie, Les Altenberglieder de A.Berg à Bremen, sa première incursion dans Wagner avec une fille-fleur dans Parsifal au Capitole de Toulouse, une tournée avec l’Orchestre de Angers-Nantes avec Scheherazade de Ravel, et le Stabat Mater de Poulenc.

Sa discographie comprend un enregistrement inédit de Noé de Bizet, avec le Théâtre Impérial de Compiègne, un récital de mélodies de Grieg/ Sibelius/ Debussy avec S.Manoff au piano (Aparté), des cantates de Monteverdi/ Rossi avec les Cris de Paris (Aparté), les Chansons Grecques de Ravel avec L’Orchestre de Lyon dirigé par Leonard Slatkin (Naxos), Pelleas et Melisande (Gardiner/ Braunschweig) enregistré par Mezzo à l’Opéra-Comique ; Quatre Instants et Emilie Suite de K.Saariaho avec l’Orchestre Philarmonique de Strasbourg dirigé par Marco Letonja (Ondine).

Elle vient d’enregistrer cet automne sa création autour de Schubert-Duke Ellington. Disque à paraître chez B-Records, au printemps 2019.

Karen Vourc’h est diplomée d’un Magistère de Quantum Physics de l’Université Mc Gill-Montréal et a achevé sa formation avec un DEA de Physique Théorique à l’ENS/Ulm-Paris.

Elle a étudié le chant à Zürich, puis au CNSM de Paris, et a suivi les enseignements de Christa Ludwig, G.Chambers, M.Walker, E.Golgevit. Elle est lauréate de nombreux concours internationaux (Toulouse, Voix Nouvelles, Montserrat Caballé, Verviers) et a obtenu conjointement en 2009 la Victoire de la Musique classique dans la catégorie Révélation, ainsi que le Prix Del Duca de l‘ Académie des Beaux-Arts.