Raphaël Sévère

Clarinette

Vainqueur du concours de Tokyo à l’âge de 12 ans, nommé à 15 ans « Révélation soliste instrumental » aux Victoires de la musique classique 2010, Raphaël Sévère apparaît aujourd’hui comme le plus jeune représentant de l’école française de clarinette. Aux Etats-Unis, il remporte en 2013 le 1er Prix de la Young Concerts Artists Competition de New-York, ainsi que huit des dix Prix Spéciaux.

Dans l’actualité de Raphaël, on note qu’il fait récemment ses débuts au Konzerthaus de Berlin avec le Konzerthausorchester sous la direction de Nathalie Stutzmann, avec l’Orchestre de Chambre de Paris au Festival de Saint-Denis sous la direction de Rinaldo Alessandrini, puis avec l’Orchestre National de Bordeaux sous la direction de Maxim Emelyanychev. Il a l’occasion de se produire à la Philharmonie de Berlin avec le Deutsche Sinfonieorchester dans le 1er Concerto de Weber sous la direction d’Aziz Shokhakimov, ainsi qu’avec le London Philharmonic Orchestra dans le Concerto de Mozart sous la direction de Michael Seal. Il se produit dans le même concerto à Toulouse avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse sous la direction de Josep Pons ainsi qu’en tournée sous la direction de Maxim Pascal. Il fait par ailleurs ses débuts sur la scène du Alice Tully Hall de New York avec l’Orchestra of St. Luke dirigé par Michael Francis puis en tournée avec l’Orchestre National de Lille et Karen Kamensek dans le 2ème Concerto de Weber. C’est avec le même orchestre qu’il joue l’Adagio du Concerto de Mozart au concert des Victoires de la Musique 2015 sous la direction de Jean-Claude Casadesus.

Il est prochainement le soliste du Hong-Kong Sinfonietta, de l’Orchestre de l’Opéra de Toulon, de l’Orchestre de l’Opéra de Lorraine, de l’Orchestre de Toulon, de l’Orchestre de Chambre Nouvelle Aquitaine, du Sinfonia Varsovia dans le 1er Concerto de Weber aux Folles Journées de Nantes, du Japon et d’Ekaterinbourg, où il donne également plusieurs récitals et concert en quatuor avec le Trio Messiaen.

En récital, il a l’occasion de se produire au Théâtre des Champs Elysées, au Kennedy Center de Washington, au Merkin Concert Hall de New York, aux Gardner Museum de Boston et de Vancouver, à l’Auditorium du Louvre, au KKL de Lucerne, à la Salle Gaveau, au Mecklenburg-Vorpommern Festspiele, à la Fondazione La Società dei Concerti di Milano, au French May de Hong-Kong, au Festival de la Grange de Meslay, à la Salle Molière à Lyon, au Festival International de Colmar, au Festival de Menton, au Grand Théâtre d’Aix-en-Provence, à l’Opéra-Comique, au Festival de Radio France Occitanie-Montpellier…

Radio France lui confie une « Carte Blanche » dans le cadre de sa série de musique de chambre et il joue à Berlin dans le cadre de l’émission d’ARTE « Les Stars de demain » présentée par Rolando Villazon.

En musique de chambre, il a pour partenaires les Quatuors Ebène, Modigliani, Prazák, Van Kuijk, les trios Wanderer, les Esprits et Messiaen, également Martha Argerich, Boris Berezovsky, Jean-Frédéric Neuburger, Gidon Kremer, David Grimal, Gérard Caussé, Antoine Tamestit, Gary Hoffman, Xavier Phillips, François Salque…

Il se produit régulièrement avec le pianiste Adam Laloum et le violoncelliste Victor Julien-Laferrière avec qui il enregistre un disque Brahms chez Mirare qui reçoit le Diapason d’Or de l’année 2015.

Attiré depuis toujours par la création et lui-même compositeur, il crée en 2016 sa première pièce, « Obscurs » pour clarinette et guitare salle Cortot avec Antoine Morinière, éditée par L’empreinte mélodique.

Ses disques ont été distingués par Diapason (5 diapasons, Diapason d’Or), Classica Répertoire (découverte), Classique Info Disque (révélation), Télérama (évènement FFFF).

En 2017 parait un album consacré à Carl Maria von Weber, avec le 1er Concerto pour clarinette enregistré en concert à la Philharmonie de Berlin avec le Deutsches Sinfonieorchester sous la direction d’Aziz Shokhakimov, couplé à deux œuvres avec le pianiste Jean-Frédéric Neuburger (Mirare).

Complice de toujours avec le Trio Messiaen, ils abordent ensemble le répertoire du quatuor en « formation Messiaen » dont le célèbre Quatuor pour la fin du temps est l’œuvre maîtresse. Le premier enregistrement dans cette formation parait en novembre 2018 pour le label Mirare et est naturellement consacré au Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen, ainsi qu’aux Court Studies from the Tempest de Thomas Adès.

Presse

Sévère’s tone was rounded and mellow, rich in the low chalumeau register and clarion bright at the top, without becoming harsh in the small hall.
Récital Kennedy Center, Washington
The Washington Post, Charles T. Downey – 31 mars 2015

*****

« L’univers opulent de Brahms, le monde si particulier de Debussy, celui de Poulenc, difficile à saisir dans sa vérité profonde, la modernité intelligente d’un Karol Beffa, rien n’échappe aux doigts ni au souffle de Raphaël Sévère. (…)
Avec un son magnifique, des doigts infaillibles et un souffle totalement sous contrôle, le jeune musicien raconte tout cela. »
Récital Auditorium du Louvre, Adam Laloum, piano.
AltaMusica – Gérard Mannoni – 27 septembre 2012

*****

« Le jeune homme, sans doute le plus doué de sa génération, et promis au plus brillant avenir, doté d’une maîtrise technique confondante, d’une musicalité époustouflante et d’une sensibilité non moins prégnante, d’un enthousiasme bienfaisant parvient à intéresser son public et à le faire adhérer à cette musique jouée pour la première fois à Tours. »
Orchestre de Tours, direction Nicolas Chalvin – Concerto de Carl Nielsen
ResMusica – Jean-Luc Caron – 19 mars 2013

*****

« En effet, il sent la musique dans son être entier, donnant à sa musique une grande fraîcheur. »
Récital Auditorium du Louvre, Adam Laloum, piano
ResMusica -Victoria Okada, 4 octobre 2012

*****

« Le clarinettiste Raphaël Sévère (19 ans) est considéré à juste titre comme « le » virtuose français du XXIe siècle », un artiste d’exception à la technique superlative et d’une éloquence tout aussi remarquable quant à l’élégance du son, la précision du souffle, l’inspiration. »
CD Brahms (Mirare) – Adam Laloum, piano – Victor Julien-Laferrière, violoncelle
Le Monde – Marie-Aude Roux – 27 octobre 2014

*****

« Pendus aux lèvres de Raphaël Sévère, dont le jeu captive par son hypersensibilité, l’oreille se délecte de la variété (des éclairages, de l’articulation, des nuances, des couleurs, de l’expression) avec laquelle le jeune homme modèle chaque phrase, chaque motif. Nul instant où la magie n’opère pas. Bref quel ravissement ! »
CD Brahms (Mirare) – Adam Laloum, piano – Victor Julien-Laferrière, violoncelle

Diapason d’or – Nicolas Derny – Novembre 2014

*****

« La clarinette de Raphaël Sévère fait merveille par la clarté du son, la précision du souffle et l’intelligence du texte. Raphaël Sévère est déjà, malgré son très jeune âge, mais à juste titre, considéré comme « le » virtuose français du XXIe siècle. La prise de son exacerbe l’excellence des dialogues offerts par Brahms aux musiciens. Jubilatoire ! »
CD Brahms (Mirare) – Adam Laloum, piano – Victor Julien-Laferrière, violoncelle
Resmusica –
2 octobre 2014 par Jean-Luc Caron

+